Boutique en ligne - Livres : Romans

Amar Zentar – La tombe sous le grenadier Chronique du temps qui revient

Amar Zentar – La tombe sous le grenadier Chronique du temps qui revient


Prix : 400 (DA) - 4 €


Et puis un jour tout a basculé : les chèvres ne donnaient plus de lait , les biquets trop longtemps sevrés sont morts , les vieux rendaient l'âme un à un , les jeunes ont abandonné le village pour traverser la mer , les arbre calcinés ne repoussaient plus , les papillons ont miré vers d'autres biotopes , les grenouilles ne coassaient plus , le coq refusait de chanter , les poules de pondre des Tufs , les chacals , les charognes et les sangliers envahissaient et infestaient la bourgade , les serpents et les vipères se promenaient librement , le ciel étouffait et bridait la pluie , le soleil boudait la bourgade , les femmes se fardaient , les jeunes filles perdaient toute pudeur , les garçons ne baissaient plus les yeux , l'arc-en-ciel avait disparu sous les nuages , l'horizon sous les cumulus , les fontaines et les puits sous terre , les oiseaux ne gazouillaient plus , les cigognes ne claquaient plus leur bec , les hirondelles ne dessinaient plus leurs incroyables arabesques , les chiens u compris le mien , n'aboyaient plus , les chats ne miaulaient plus , les lapins étaient comme figés , les poussins ne pépiaient plus , les fruits pourrissaient et le rivière se vidait de tous ses alluvions .
Signe des temps ou simple coïncidence, on n'entendait braire que les ânes tout contents d'avoir, enfin, le champ livre et de donner libre cours à leurs pulsions primaires Et tout le village alors s'emplissait et résonnait des braiements de ces bêtes de somme qui se répondaient dans une indescriptible cacophonie.. Dans ce village subitement frappé d'ostracisme et plongé dans un silence de basalte , même l'imam , d'habitude présent dans tous les grands moments , avait préféré faire comme tout le monde : se barricader , se cloitrer , se murer et se terre chez lui , en attendant un autre signe du ciel. Ou peut-être un de ces miracles lui , qui rendent possible et accessible tout ce qui est réputé impossible. Comme ce grenadier en fleurs qui a résisté et survécu aux pires des épreuves et qui déploie, à l'envi , toutes ses branches pour ne protéger qu'une seule tombe : celle de ma très chère maman , sacrifiée sur l'autel de la bêtise ..

Amas Zentar
Né en 1950 aux Ouadhias (wilaya de Tizi-Ouzou, Grand-Kabylie) , Amas Zentar est licencié en droit de l'université d'Alger. Journaliste à Révolution Africaine et Algérie-Actualité , il fera tour à tour partie , à partir de 1997 , des rédactions de Demain l'Algérie , El Moudjahid , le Citoyen , le Courrier d'Algérie et de diverses autres publications nationales indépendantes.
Il a déjà publié le but (Laphomic , Alger) Journal d'un plumitif (Dar El-Gharb,Oran).Il compte publier prochainement (Dé) bris de vers, un recueil de poésie aux accents à la fois féroces et tendres.




Votre panier : Fermer